Accueil
Rallu quoi
Rallu qui
A propos de
Contact

s c u l p t u r e

g r a v u r e

 

 

Nous naissons certes nus, dans notre peau de poils, mais déjà tout habillés de désirs, d'espoirs, de vécu :
vies mêlées, entremêlées, tissées longtemps avant, derrière, et qui trament notre avenir, avec des trous, des blancs, des accrocs et des raccommodages. De ce trousseau, de ce cocon … à notre propre vêtement : n'est-ce pas là toute notre aventure ?

 

J'ai pris conscience de ces titres empruntés à la couture. Ainsi,

-   " mannequins"
soit : le vide, l'absence (seule la tête de l'homme est représentée, deux fois, dans ce couple)

-    "robe trop lourde"
que m'avait inspirée un poème de Monique Laederach découvert par hasard (mais y a-t-il un hasard ?) : "robes toujours trop grandes et trop pesantes et finalement se déchirant à chaque fois qu'ils avaient réclamé que j'ose"

-    "robe rouge"
ou le désir d'incorporation à l'être aimé

-    "robe coquelicot"
dictée par la chanson "comme un petit coquelicot"

-    "accroc"

-    "robe nœud"

 

mais encore, d'autres pièces où l'habit est comme un réservoir, un sac, une protection –ainsi "homme-poids", "homme-nuit", l'habit qui cache, et révèle aussi.

 

   

© 2012 Brigitte Rallu